Sundara DUFOUR

Je suis...

Après un cursus classique et un bac littéraire option art plastique, j'ai fais le choix de faire de mon métier les arts appliqués.
Une MANAA à Lamartinière-Diderot de Lyon, me permettra de toucher à de multiples disciplines (l'architecture, le graphisme, le stylisme, l'infographie,etc...), mais mon coeur avait déjà ses préférences pour le monde de la bijouterie. Et je me lance dans une formation des métiers d'arts à la SEPR, toujours à lyon, pour apprendre à devenir créatrice en bijouterie-joaillerie!
Et vous pouvez à présent voir ici mes pérégrinations et mes petites folies précieuses.

Et vous pouvez aussi me suivre sur ma page facebook!!
ww.facebook.com/sundara.dufour.fr

Bonjour Sundara, peux-tu te présenter un peu ?  

 

Bonjour, j’ai 28 ans. Actuellement j’habite au Mans, mais je vais bientôt déménager. Et à l’origine je viens de Bourgogne où j’ai grandi. J’ai ensuite migré sur Lyon pour mes études supérieures.

 

D’où vient le nom que tu as donné à ton univers créatif ?  

C’est tout simplement mon prénom et mon nom de famille ! Il faut dire que l’association des deux est suffisamment particulier pour que nous ne soyons pas beaucoup sur terre à s’appeler ainsi !

Sundara est un prénom d’origine hindou qui signifie la beauté. Signification plutôt à propos pour une marque de bijou.


Depuis combien de temps exerces-tu ton art ?  

 

Cela commence à faire un moment que je me suis lancée dans la bijouterie. J’ai suivi pendant 3 ans des cours de bijouterie-joaillerie à Lyon. Puis pendant près de 3 ans j’ai travaillé dans un atelier de fabrication pour une grande marque de bijouterie-joaillerie. Et je me suis mise à mon compte depuis bientôt un an.


Il s’agit d’une vocation ou tu es tombée dans la créativité par hasard ?  

 

Je ne sais pas si on peut vraiment parler d’une vocation mais plutôt d’une évolution. Je suis fille d’institutrice, et les travaux manuels étaient très présents à la maison. J’ai ensuite eu une passion pour l’égyptologie lorsque j’étais au collège et je me suis mise à loucher sur les magnifiques parures en or de cette période là. Ensuite est venu le bac où je devais choisir quelle direction allait prendre ma vie. Et j’hésitais énormément avec plusieurs métiers de l’artisanat : le bois, le textile ou le métal. Et mon choix s’est finalement porté sur le métal.

D’où te vient l’inspiration ?  

 

De partout ! N’importe quoi peut m’inspirer : un motif que je vois sur un pull dans la rue, un écrit universitaire, une matière.

Généralement j’arrive mieux à réfléchir à de nouvelles pièces quand je suis coincée sur un trajet en train ou en voiture avec mon carnet de croquis.

 

 

Sundara DUFOUR :
Les trésors de la mer et l'argent massif.
 

Quelles sont tes influences ? (personnes, environnement, autres formes d’art)    

Je suis très sensible à l’univers des cabinets de curiosités de la Renaissance avec leur goût pour l’hétéroclisme et l’inédit. Ces endroits sont comme des écrins avec une multitude de trésors accumulés venant du monde entier. Ce que j’essaye de retranscrire dans mes créations ce sont ces belles matières vues sous un nouveau jour, associées à des formes actuelles, très géométriques.

 

D’où viennent tes matières premières ?  

Le métal vient d’un fournisseur français. Le corail d’Indonésie, les carapaces de scarabée de Thailande.


Une ligne de conduite ? 

 

Chercher à toujours créer des bijoux originaux  et de qualité. Je travaille au maximum la matière brute pour en créer le bijou fini. Le travail artisanal est ce qui me plait tout particulièrement, et je pense que de plus en plus de personnes sont sensibles au fait qu’une pièce soit unique réalisée à la main en France. De fait leur bijou n’est pas seulement un achat comme un autre mais bien une position politique qui vise à délaisser les grandes chaînes au profit des petits créateurs.

 

Peux-tu nous présenter brièvement ta collection?  

 

Ma collection présentée ici s’appelle Thésaurus. Elle met à l’honneur le corail bambou, qui est pour moi un trésor de la mer (un Thésaurus terre est en préparation). Avec pour base de l’argent massif, avec un fini brossé parfois associé à la feuille d’or. J’ai voulu ici confronter les formes organiques du corail à la géométrie de la structure argent.

 

Peux­-tu nous montrer la pièce dont tu es la plus fière ? Pourquoi ?    

 

C’est une pièce qui vient d’une collection qui n’est pas présentée à la boutique, dans cette collection je travaille avec la carapace de scarabées que je découpe et ajuste dans mon bijou. Ici j’ai poussé le vice au bout, en réalisant une marqueterie de carapaces, où j’ai joué sur les couleurs naturelles pour créer un motif. Elle m’a demandé beaucoup de temps de travail, afin d’ajuster précisément les carapaces entre-elles et de trouver les couleurs que je souhaitais. De plus cette pièce a été envoyée pour une exposition à Kaliningrad !

 

 

A quoi ressemble ton quotidien ?  

En tant qu’artisan je me dois d’être polyvalente. Donc au cours d’une même semaine je peux aussi bien être à mon carnet de croquis pour répondre à une commande particulière, qu’à l’atelier de fabrication, derrière l’ordinateur à faire de la compta, que sur un salon à vendre mes bijoux.

Mais une journée type se déroule ainsi : je me réveille à 8h, je me laisse une heure pour déjeuner en répondant à mes mails et faire ma veille créative pour voir les actualités et innovations dans le monde de la création. Je travaille à l’atelier de 9 à 12h et de 13 à  18h. Ensuite soit je fais une pause sport pour me défouler, soit je vais geeker un peu. Généralement après j’ai encore des dossiers à remplir, faire du démarchage, ou de l’administratif. Et vers 20-21h, tout dépend du travail que j’avais à faire, je prend un bon repas devant un film !

 

Et demain ? Et après ?  

 

Pour plus tard, j’espère pouvoir développer une collection plus haut de gamme. Organiser des stages d’initiation à la bijouterie. Aller sur des salons pro. Développer une clientèle internationale. Et bien plus tard avoir mon propre atelier-boutique où je ferai aussi découvrir des créateurs de talent.


Merci ;-)

© 2015-2018 par Coton Sucré. Créé avec Wix.com 

118A avenue du Général de Gaulle, 33450 IZON, France

05. 57. 23. 21. 85. cotonsucre@orange.fr

  • Facebook Clean